Toute compétence est un bien public.

Les membres du Club se mettent en mode #probono lors d’un premier Probono Marathon

09 Janvier 2019 par Sara Seyvet

Les membres du Club se sont impliqués lors d’un premier Probono Marathon dédié à la stratégie digitale d’engagement des collaborateurs

 

Le mercredi 21 novembre dernier, les membres du Club de Prospective de Pro Bono Lab se sont mis en mode #probono ! Le Marathon Probono, format phare de Pro Bono Lab depuis sa création, a été détourné pour engager la réflexion et l’intelligence collectives entre les pionniers du pro bono autour d’un sujet qui les concerne tous : quelle stratégie digitale pour engager les collaborateurs d’entreprises ? Des représentants d’Allianz, Chanel, Banque Postale, Fondation EDF, Fondation la France s’engage, Fondation Nexity, Fondation Rte, Fondation Saint-Gobain, Fondation Thalès, Groupe Total, Vivendi Create Joy, et Fondation Yves Rocher ont ainsi partagé leurs interrogations et leurs bonnes pratiques sur ces aspects digitaux de la stratégie d’engagement des collaborateurs.

 

 

Emilie Vuillequez, directrice du développement territorial du Lab et experte de ces sujets digitaux, a introduit ce Probono Marathon par des réflexions prospectives liant digitalisation de notre société et pratique du pro bono. Elle a rappelé que le partage de compétences est doublement impacté par la digitalisation, car les connaissances et les expertises qui fondent les compétences évoluent fortement, tout comme les modalités de transfert de ces compétences vers ceux et celles qui en ont le plus besoin. La digitalisation croissante de nos modes de fonctionnement interroge ainsi les notions d’accessibilité, de liberté ou encore de diversité en termes de partage de compétences.

 

S’en est suivi un premier exercice d’intelligence collective avec les participants qui ont partagé, en groupe, les enjeux qu’ils rencontrent dans l’élaboration, la mise en œuvre et le bon déroulement de leur stratégie digitale d’engagement des collaborateurs. L’articulation avec les parties prenantes internes de l’entreprise et/ou de la fondation d’entreprise (services RH, services SI, directeurs et managers d’équipes, etc.), le choix d’une plateforme digitale répondant aux attentes et aux contraintes de cette même stratégie, et la relation avec les associations référencées ont été remontés par les membres du Club.

 

 

En effet, la prise en compte des parties prenantes externes dans la stratégie digitale d’engagement des collaborateurs est un enjeu fort pour les entreprises et les fondations d’entreprise. L’intervention de Denis Bouchard a mis l’accent sur la nécessité de bien appréhender la complexité du matching entre compétence mobilisable et associations bénéficiaires. Il préconise d’agrémenter l’utilisation de la plateforme digitale par de nombreuses interactions humaines entre les volontaires potentiels, l’association référencée et les intermédiaires (équipe RH, équipe de la fondation d’entreprise, etc.). Ces interventions sont essentielles pour assurer un matching adéquat, lever les éventuelles difficultés, à l’instar de la compréhension et l’implication du management intermédiaire, et répondre ainsi à la motivation première des volontaires : la recherche de sens au cœur de l’engagement citoyen.

 

 

Enfin, un World café dédié aux attentes et aux contraintes des associations qui seraient référencées sur les plateformes digitales a été organisé par le pôle Opérateur social de Pro Bono Lab. Les modes de sélection des associations, l’humanisation du lien avec ces dernières, ou encore la suite à donner au passage d’une association sur la plateforme ont été abordés - et débattus ! - par les participants.

 

A l’issue de ce Probono Marathon, l’ensemble des réflexions, bonnes pratiques et interrogations ont été rassemblées dans un livrable. Ce dernier permet aux membres du Club de garder une trace des échanges de la matinée, première brique d’une série de réflexions individuelles et collectives sur ce sujet si crucial pour le secteur ! Les membres du Club de Prospective et l’équipe de Pro Bono Lab aborderont de nouveau ce sujet en 2019, car la digitalisation de nos sociétés, notamment l’émergence de l’intelligence artificielle, implique de profondes transformations pour les parties prenantes et les usages du pro bono !