Matinée dédiée à l'engagement au sein de la Fondation Groupe EDF

Primary tabs

23 March 2017
Par Claire Laurenziani

 

Le 16 mars dernier, la Fondation Groupe EDF et Pro Bono Lab se sont associés pour organiser une Matinée entièrement dédiée à l’engagement pro bono en présence de Jean-Benoît Dujol, Délégué Interministériel à la Jeunesse et Directeur de la Jeunesse, de l'Education Populaire et de la Vie Associative (DJEPVA). Près de 80 personnes ont répondu présentes à ce moment solidaire et engagé.

La matinée s’est découpée en trois temps, dans un premier temps, l’équipe de Pro Bono Lab a restitué les résultats de sa grande étude, le Panorama du pro bono. Dans un second temps, une table ronde sur « Comment les entreprises accompagnent-elles les salariés engagés » fut animée par Emilie Vuillequez, Directrice Régionale Auvergne-Rhône-Alpes de Pro Bono Lab suivie de la signature d’une convention entre la Fondation Groupe EDF et l’Etat. Dans un dernier temps, l’ensemble des personnes présentes (intervenants et public) ont pu échanger autour d’un cocktail.

 

La restitution du Panorama du pro bono

Réalisé en 2016, le Panorama du pro bono est une grande étude dressant un état des lieux des initiatives qui permettent aux étudiants et aux professionnels de s’engager en bénévolat ou mécénat de compétences. Son objectif ? Mieux comprendre le développement et le potentiel du pro bono en France, c’est-à-dire le don de ses compétences pour des projets d’intérêt général ou des individus dans le besoin.

Pour réaliser cette étude, l’association de Pro Bono Lab s’est entourée d’experts de l’intermédiation dont Domplus qui a contribué à la partie sur le besoin de l’individu mais aussi l’Agence Limite, La Fonda, le Fond Barreau de Paris Solidarité, Passerelles & Compétences et Le RAMEAU

Cette étude est composée de plusieurs enquêtes menées auprès de 204 associations et organisations de l’ESS, 56 responsables d’entreprises et 331 étudiants, a été complétée par une étude nationale représentative réalisée auprès de 1501 Français en collaboration avec l’IFOP.

Pour illustrer au mieux les résultats lors de la restitution, Pro Bono Lab s’est appuyé sur des témoignages d’experts mais aussi d’association et de professionnel.

Le 16 mars dernier, Marie Grimaldi de COJOB a témoigné en tant que association bénéficiaire de pro bono et Muriel Voisin, Directrice RSE de Dalkia en tant que coordinatrice de la mise en place d’action pro bono sur les différents territoires. Pour développer son dispositif d’engagement, la Fondation Groupe EDF a fait appel à Pro Bono Lab avec qui une convention a été signée.

 

  

 

La table ronde

 

Pour aller plus loin dans l’engagement pro bono, Pro Bono Lab et la Fondation Groupe EDF ont organisé une table ronde en présence de Jean-Benoit Dujol, Délégué Interministériel à la Jeunesse et Directeur de la Jeunesse, de l'Education Populaire et de la Vie Associative (DJEPVA), mais aussi de Hugues Renson, Délégué Général de Fondation Groupe EDF, de Diane Emdin, Responsable programme Vivendi Create Joy, de Fabienne Marqueste, Déléguée Générale de la Fondation EY, de Romain Riboud, Consultant - Senior Project Manager RSE à la Fondation Accenture et de Laure Vicard, Directrice de Mission du RAMEAU.

Pour introduire la problématique, « Comment les entreprises accompagnent-elles l’engagement des entreprises » Jean-Benoit Dujol a rappelé le rôle de l’Etat dans l’engagement des citoyens et les différents dispositifs mis en place :

« L’Etat va créer et aménager des dispositifs et des cadres qui s’adaptent à l’hétérogénéité des formes d’engagement inventées par les associations ou désirées par les individus. L’Etat aménage un cadre juridique sécurisant pour le bénévolat »

 

  • Le Service Civique créé en 2010 pour faciliter et accompagner l’engagement des jeunes dans une mission longue et continue au service de l’intérêt général avec une indemnité et une protection sociale.
  •  27 janvier 2017, l’Etat crée la Réserve Civique dans la Loi Egalité et Citoyenneté pour répondre aux nouvelles aspirations  des citoyens. La Réserve Civique offre à toute personne volontaire la possibilité de servir les valeurs de la République en participant, à titre bénévole et occasionnel, à la réalisation de projets d’intérêt général. En savoir plus.
  • L’Etat accompagne l’action d’intermédiation portée par les associations via des dispositifs comme la France S’Engage.
  • L’Etat finance la formation des bénévoles, organise et accueille la co-réflexion sur les leviers d’engagement des salariés. Le Compte Engagement Citoyen a également été créé afin de permettre aux bénévoles les plus engagés de bénéficier de formations dans le cadre du CPA.  
  • L’Etat met à disposition des ressources documentaires (Guide du bénévole) pour faciliter l’engagement des salariés lorsqu’ils ont trouvé la mission et le cadre d’engagement qui leur conviennent. L’Etat va les informer sur leurs droits, les bonnes pratiques… 
  • L’Etat encourage l’engagement via la mise en place de congés permettant une articulation plus souple entre vie professionnelle et vie bénévole grâce à la Loi Egalité et Citoyenneté du 27 janvier 2017. Il donne droit à quelques jours de congés par an, non rémunérés, pour toutes activités du salarié liées à ses fonctions de dirigeant bénévole ou d’encadrement d’autres bénévoles.  En savoir plus.
  • Pour l’Etat, la valorisation de l’engagement est un enjeu important. Pour encourager cette valorisation, l’Etat va reconnaitre la valorisation de Service Civique ou de bénévolat dans le parcours scolaire au travers des crédits d’enseignement (ECTS). Dans le monde professionnel, chaque employeur est maître de la valorisation de l’expérience bénévole des collaborateurs. En savoir plus.
  • La Loi travail d’Août 2016 est elle aussi un levier de valorisation et de reconnaissance de l’engagement des citoyens grâce au don d’heures de formation selon le nombre d’heures de bénévolat réalisées.

Pour compléter ses propos et mettre en parallèle la vision de l’Etat avec celle des Fondations d’entreprises et des entreprises, Emilie Vuillequez animatrice de la table ronde, a interrogé les participants :

  • Selon vous, quel rôle les fondations ont-elles dans la mise en place d'un dispositif d'engagement, sont-elles indispensables ? Comment adaptez-vous le dispositif aux changements de génération ?
  • Pensez-vous que la loi sur les congés d’engagement ou CPA aura un impact sur le développement des dispositifs d'engagement ?
  • Comment les dispositifs d'engagement sont-ils accueillis par les différentes parties prenantes de la structure ? Rencontrez-vous des difficultés dans la sensibilisation des salariés ?
  • Comment la fondation et les autres entités de l'entreprise s'articulent-elles ?

   

Cette matinée s’est conclue par la signature d’une convention entre la Fondation Groupe EDF et le Ministère de la Vie, de la Jeunesse et des Sports, qui a pour objet de favoriser leur collaboration sur tous les sujets d’actualité qui concerneraient les associations ou l’engagement des jeunes et des actifs.

Pour aller plus loin  :